Ville de Rivière-du-Loup

Actualités

Budget 2021 : Rivière-du-Loup adopte un budget prudent qui mise sur la relance économique post-pandémie

Budget 2021 : Rivière-du-Loup adopte un budget prudent qui mise sur la relance économique post-pandémie
La Ville de Rivière-du-Loup a présenté aujourd’hui son budget 2021 et son Programme triennal d’immobilisations (PTI) 2021-2023, un exercice à l’image des derniers mois : complexe mais rempli d’espoir. Malgré les coups durs portés par la pandémie de COVID-19 sur notre quotidien, notamment sur notre économie, ce budget maintient le cap sur la reprise économique hautement attendue ainsi que sur des services aux citoyens de qualité au meilleur coût possible.

La Ville a réussi un tour de force : boucler un budget où la hausse des taxes sera limitée à 1,03 %, dans un contexte où elle doit absorber d’importants coûts supplémentaires engendrés par les mesures sanitaires en vigueur, mais aussi des pertes de revenus et une augmentation de certaines dépenses incompressibles. Cette hausse se traduira par une imposition de 29,12 $ de plus qu’en 2020 pour une résidence unifamiliale desservie en aqueduc et égout dont la valeur moyenne est de 205 575 $. 

« Nous voulions abaisser la pression fiscale sur les contribuables en cette période difficile tout en nous donnant les moyens de réaliser nos grands projets d’infrastructures, soit l’agrandissement de la bibliothèque, l’augmentation de la capacité de traitement des étangs aérés, la construction de la nouvelle caserne incendie et la réfection du stade de la Cité des jeunes, explique la mairesse, Mme Sylvie Vignet. On regarde vers l’avant avec optimisme et on fait le pari de générer de l’activité sur le plan de la construction pour contribuer de façon majeure à la relance économique qui suivra la pandémie. » 

En ce qui concerne le PTI, après avoir été rationalisé en 2020 pour éliminer certains projets non essentiels et pour en reporter d’autres dont le niveau de priorité a été abaissé, ce sont 109,6 M$ qui sont inscrits en projets d’immobilisations pour les trois prochaines années, dont 36,6 M$ pour l’année 2021, ce qui inclut 7,2 M$ en subventions gouvernementales. 

« L’exercice de planification budgétaire que nous venons de compléter a été mené de manière encore plus rigoureuse cette année, précise le trésorier, M. Jacques Moreau. Malgré l’aide financière reçue cette année du gouvernement du Québec pour atténuer les impacts de la pandémie sur nos finances, nous avons fait le choix de répartir les sommes sur deux années et de nous garder une certaine marge de manœuvre pour 2022, puisque nous prévoyons que les impacts de la COVID-19 sur l’économie se feront sentir au-delà des douze prochains mois. C’est donc sous le signe de la prudence que ce budget a été concocté. »

Faits saillants du budget 2021

  • Hausse des revenus de 5,59 %, pour un total de 49 169 498 $
  • Le rôle d’évaluation imposable atteint 1 984 032 800 $, en hausse de 1,7 % en comparaison avec 2020
  • Les dépenses de fonctionnement sont portées à 39 627 074 $, une augmentation de 6,34 % par rapport à 2020
  • L’endettement total net est haussé de 16,5 M$, pour atteindre environ 57 M$

 Taux de la taxe foncière

  • Hausse du taux résidentiel de 0,0115 $, pour le fixer à 1,1133 $
  • Hausse du taux pour les industries de 0,022 $, pour le fixer à 2,1553 $
  • Hausse du taux pour les immeubles non résidentiels (commercial) de 0,02 $, pour le fixer à 1,9392 $ 

Tarification des services (par résidence)

  • Gel du tarif pour l’eau potable à 210 $
  • Gel du tarif pour la vidange des fosses septiques à 100 $
  • Hausse de 4 $ du tarif de la collecte et du traitement des matières résiduelles (recyclables, organiques et déchets ultimes), qui est porté à 158 $
  • Hausse de 3 $ du tarif pour les égouts, qui passe de 182 $ à 185 $

 Programme triennal d’immobilisations 2021-2023

  • 109,6 M$ investis pour les différents projets prévus, dont 36,6 M$ en 2021
  • 19,8 % des sommes investies à ce chapitre en 2021, soit 7,2 M$, proviendront de différents programmes de subventions
  • 12,1 % du total des investissements prévus au PTI en 2021, soit 4,4 M$, proviendront d’un financement autre que la dette et les subventions
  • Près de 2 M$ en paiements d’immobilisations à même le budget courant, une hausse de 400 000 $ par rapport à 2020
  • Le ratio d’endettement demeure sous la barre des 30 %, pour s’établir à 29,38 %. La cible maximale demeure à 33 %.

Revenus

Il est estimé que les revenus seront en croissance de 2 602 052 $ en 2021.

Dépenses

Les prévisions de dépenses sont haussées de 2,36 M$ par rapport à 2020, pour un total de 39 627 074 $. 

Service de la dette

Le service de la dette est porté à 7 338 051 $, ce qui représente 16,1 % du budget total, toujours sous la limite fixée par le conseil municipal à 18 % des dépenses. Il s’agit d’une baisse de 1,4 % par rapport à 2020. Ce ratio est toutefois de 14 % si l’on exclut le service de la dette du lieu d’enfouissement technique, lequel est tarifé selon la quantité de matières apportée sur place par les utilisateurs. Cet écart de 4 % avec la limite permet de dégager une marge de manœuvre appréciable pour parer à toutes les éventualités.

Priorités pour 2021

Outre les grands projets d’infrastructures qui sont actuellement en cours de réalisation, certains dossiers d’envergure seront prioritaires pour la Ville en 2021. Le maintien des activités commerciales au à la Pointe de Rivière-du-Loup se glisse assurément en tête de liste. La mairesse précise : « La Ville entend fournir de nouvelles données socioéconomiques pour convaincre la Société des traversiers du Québec de maintenir la traverse où elle est présentement. La traverse Rivière-du-Loup–Saint-Siméon est solidement implantée dans le milieu louperivois depuis plus de cent ans, son port d’attache du côté sud doit demeurer chez nous. » 

Sur le plan économique, une autre entrée de ville sera également sous le feu des projecteurs : le secteur ouest, avec son énorme potentiel de développement, fera l’objet de démarches approfondies afin de permettre à ceux qui voudraient y réaliser leur projet de pouvoir enfin aller de l’avant. De plus, nous arrivons dans le dernier droit de la révision du plan d’urbanisme, une démarche phare qui cherche à nous donner, collectivement, les outils et moyens nécessaires à la construction d’une ville plus inclusive, plus prospère et plus attrayante. Amorcés en 2015, les travaux de révision sont passés à vitesse grand V avec l’arrivée, en 2020, d’une ressource dédiée. Le nouveau plan d’urbanisme doit être proposé à la population louperivoise au cours de l’année 2021.