Ville de Rivière-du-Loup

Actualités

La Ville de Rivière-du-Loup abolit les frais de retard à la bibliothèque Françoise-Bédard

La Ville de Rivière-du-Loup abolit les frais de retard à la bibliothèque Françoise-Bédard
Afin de favoriser l’accessibilité à la bibliothèque municipale, la Ville de Rivière-du-Loup abolit l’imposition de frais de retard. Françoise-Bédard devient ainsi la première bibliothèque autonome à mettre de l’avant cette mesure au Bas-Saint-Laurent et joint les rangs d’un mouvement international auquel adhèrent déjà près de 250 établissements au Québec.

Considérant l’importance du rôle des bibliothèques dans leur collectivité et le développement des enfants, surtout ceux en position de vulnérabilité, l’abolition vise à lever la barrière économique pouvant freiner la fréquentation de l’établissement par les familles. Elle s’accompagnera en outre d’une amnistie des frais de retard en souffrance, pourvu que les documents concernés aient été ou soient rapportés, et que l’usager se présente au comptoir du prêt, où il pourra également renouveler son abonnement si nécessaire.

Pour la mairesse Sylvie Vignet, « les bibliothèques jouent un rôle de premier plan pour nos familles. Il est déplorable de penser que certaines d’entre elles puissent se retenir de la fréquenter par crainte de frais de retard ou cessent de le faire après une pénalité dont elles ne peuvent acquitter le paiement. Nous avons donc choisi de répondre positivement à l’appel lancé par l’Association des bibliothèques publiques aux municipalités du Québec. »

La bibliothécaire responsable de l’établissement, Sylvie Michaud, se réjouit de l’annonce : « L’effet bénéfique de la lecture sur la réussite scolaire, la santé et la créativité notamment ont été démontrés par maintes études scientifiques. Il ne faut pas croire qu’une bibliothèque sans frais de retard est un établissement sans règles. C’est plutôt une bibliothèque qui s’efforce d’être plus ouverte, compréhensive et accessible pour tous, dans le meilleur intérêt de la communauté. »

Il est d’ailleurs à noter que diverses mesures seront maintenues pour faciliter le retour des documents. Ainsi, des avis de courtoisie puis de retard seront envoyés aux usagers pour leur rappeler de rapporter leurs documents, à l’échéance de l’emprunt. Si ceux-ci ne sont toujours pas de retour après 90 jours, une facture sera émise, mais celle-ci pourra être annulée si les documents sont ensuite rapportés.

La première ville au Québec à supprimer les frais de retard en dressait un portrait fort inspirant, au terme de la première année complète : augmentation des prêts, des abonnements et de l’achalandage, plus grande circulation des collections de livres à travers la population, expérience citoyenne améliorée et surtout, loin des mythes entourant les frais de retard, une diminution de 35 % des livres perdus et facturés ainsi que des appels ou production d’avis de retard.