Ville de Rivière-du-Loup

Actualités

Lettre ouverte de la mairesse de Rivière-du-Loup Mme Sylvie Vignet

Lettre ouverte de la mairesse de Rivière-du-Loup Mme Sylvie Vignet
C’est à titre de mairesse que je m’adresse aujourd’hui à vous, mais avant tout comme mère, grand-mère et citoyenne.

Un grand effort nous est collectivement demandé ces jours-ci. Ainsi que le mentionnait très justement le premier ministre François Legault ces derniers jours, il faut continuer de mettre toutes les chances de notre côté pour ralentir la contagion de la COVID-19. On ne doit surtout pas baisser la garde. Il faut être plus vigilant que jamais. Il a dit que les Québécois étaient « faits fort et qu’on allait la gagner ensemble cette bataille! » et j’ajouterais que je suis absolument convaincue que les Louperivois sont faits fort et que cette bataille va se gagner avec toutes les régions du Québec, la nôtre y compris.

 

Je vous demande de respecter les consignes nationales émises. Je comprends que ça représente un grand sacrifice pour chacun de nous, mais ces mesures ont démontré ailleurs leur effet et l’importance de les suivre strictement. Il faut faire obstacle à la propagation de la COVID-19. Peut-être pas pour soi-même si on est en parfaite santé, mais sinon pour sa petite-fille asthmatique, son grand-père de 78 ans, son amie d’enfance qui vient de recevoir une greffe du rein, son voisin qui lutte contre le cancer. Collectivement, il faut le faire pour eux et pour tous les autres.

Restez à la maison autant que possible, favorisez le télétravail, les commandes téléphoniques. Profitons-en aussi pour prendre du temps de qualité en famille. Pour mettre en pause notre mode de vie à la course et se donner un temps d’arrêt.

Je m’adresse finalement à nos entrepreneurs. Les temps sont durs, sachez que je suis de tout cœur avec vous. Je vois de votre part aussi une participation exceptionnelle à l’effort collectif et la volonté de contribuer à mettre des barrières à la propagation du coronavirus. J’ai lu sur les médias sociaux ceci, et ça reflète ma pensée : « Si on ne peut se serrer la main, serrons-nous les coudes. » C’est vrai en temps de crise et ce le sera encore plus après, quand viendra le temps de se relever, ensemble, des impacts des mesures actuelles.