Ville de Rivière-du-Loup

Actualités

Stationnement pour remorques : Le conseil municipal de Rivière-du-Loup appuie la demande de modification de zonage faite par l’entreprise Prelco

Stationnement pour remorques : Le conseil municipal de Rivière-du-Loup appuie la demande de modification de zonage faite par l’entreprise Prelco
Après plusieurs années d’échanges et de recherche de compromis avec l’entreprise Prelco, située sur le boulevard Cartier, et les citoyens du secteur, le conseil municipal a réitéré ce matin l’importance de résoudre le dossier complexe du stationnement des remorques nécessaires aux opérations commerciales du fabricant de verre et s’est montré en faveur de la modification demandée au règlement de zonage.

L’entreprise, qui a fait l’acquisition du 89, boulevard Cartier en 2016, aimerait pouvoir utiliser le stationnement qui se trouve à l’arrière de l’édifice qui abrite le commerce Au coin du feu pour y stationner ses remorques. Or, le règlement de zonage actuel ne permet pas à une entreprise de stationner ses véhicules commerciaux sur un autre site que celui qu’elle occupe. La modification vise à rendre cela possible à certaines conditions. La Ville et l’entreprise cherchent des solutions depuis trois ans; le dernier projet proposé par Prelco constitue la meilleure solution pour tous.

« Nous considérons que la non-réalisation du projet proposé par Prelco aura beaucoup plus de répercussions négatives pour l’ensemble de la communauté que le contraire, explique la mairesse Mme Sylvie Vignet. Il est impératif de trouver une solution convenable pour l’entreprise et ses employés tout en respectant le plus possible la quiétude des résidents des alentours considérant leur proximité avec un secteur commercial très actif. »

Pour minimiser les effets de ce changement sur les quelques résidents qui partagent les limites de leur terrain avec celui visé par Prelco, des exigences sont imposées au manufacturier, des contraintes que ces voisins de la même zone n’ont pas malgré leurs activités commerciales. En effet, il est proposé de modifier l’article 10.2.4 du règlement de zonage sur la localisation des stationnements afin de permettre à un usage du groupe Fabrication de verre d’aménager un stationnement de camions-remorques sur un autre site que celui de l’usage auquel il se rattache, aux conditions suivantes :

• Le terrain destiné à recevoir l'aire de stationnement de remorques doit appartenir au propriétaire de l'usage desservi;

• Le terrain destiné à recevoir l'aire de stationnement de remorques est situé dans une zone industrielle I ou commerciale C et est localisé à une distance maximale de 200 m mesurée à partir du point le plus éloigné de l’espace servant de stationnement jusqu'au bâtiment desservi par le stationnement;

• Un nombre maximum de 15 remorques peuvent être stationnées en même temps sur le terrain;

• L’espace de stationnement des remorques doit comprendre une zone tampon aménagée d’une largeur minimale de 10 mètres le long des lignes de lots contiguës avec un usage du groupe Habitation.

« Puisqu’on veut développer notre économie et devenir plus forts collectivement devant la concurrence, tant au Québec, au Canada ou à l’étranger, il faut prendre les bonnes décisions, ajoute la mairesse. Il faut donner la possibilité à nos leaders manufacturiers de continuer sur leur lancée et d’atteindre de nouveaux marchés. Pour cela, il faut valoriser la croissance des entreprises existantes et valoriser les espaces commerciaux non utilisés en leur trouvant une vocation. »

Pas moins de cinq autres options ont été étudiées afin de trouver le compromis idéal. Force est de constater qu’il existe des contraintes pour chacune d’elles. Les plus importantes touchent la sécurité des piétons (travailleurs ou citoyens) et la fluidité de la circulation pour les usagers du secteur, le transit commercial et touristique et pour les services publics.

« Les prochaines semaines seront fort occupées et nous aurons des décisions à prendre au regard de ce projet. S’il faut faire face à la musique, les conseillers municipaux et moi-même serons présents sur le terrain pour donner l’heure juste et faire avancer le dossier car nous y croyons, conclut la mairesse. »